La berceuse

BÉNABAR (1969)
 

Bénabar, de son vrai nom Bruno Nicolini, chanteur et auteur français de chansons populaires, souvent humoristiques et décrivant des faits de la vie quotidienne, des traits de la société et certaines étapes de la vie. Bénabar utilise la simplicité des sujets des textes qu'il compose pour créer une identification apte à toucher l'auditeur.

 

Voilà plus d'une heure
Que j'te tiens dans les bras,
Voilà quelques jours
Que je suis tout à toi.
Il est très tard
Et tu dors pas,
Je t'ai fait une berceuse,
La voilà.

Demain le jour sera là
Et les oiseaux chanteront leur joie,
Tes paupières d'or s'ouvriront
Sur le soleil et sur sa chanson,
Ferme les yeux, c'est merveilleux
Et dans tes rêves toutes les fées
Viendront te réveiller, fais dodo...
Pourquoi tu dors pas ?

Demain il faut que je me lève tôt,
J'ai un rendez-vous hyper important,
Si t'aimes ton père, si tu l'aimes vraiment,
Sois fatigué et dors maintenant.
J'ai sauté sur l'occas', t'avalais ton biberon
Pour un micro-sommeil de dix secondes environ,
C'était confort, j'ai bien récupéré,
Maintenant tu dors, t'arrêtes de nous faire...
Fais dodo.

Demain le jour sera là,
Et les oiseaux chanteront leur joie,
Tes paupières d'or s'ouvriront
Sur le soleil et sur sa chanson,
Ferme les yeux, c'est merveilleux
Et dans tes rêves toutes les fées...
Dors, dors, dors !
Bordel, Pourquoi tu dors pas ?
Dors, dors, dors !
Laisse dormir ton papa !

Ce que tu regardes en riant,
Que tu prends pour des parachutes,
Ce sont mes paupières mon enfant,
C'est dur d'être un adulte.
Allez on joue franc jeu,
On met carte sur table,
Si tu t'endors je t'achète un portable,
Un troupeau de poneys, un bâton de dynamite,
J'ajoute un kangourou
Si tu t'endors tout de suite.

Tes paupières sont lourdes, tu es en mon pouvoir
Une sensation de chaleur engourdit ton corps,
Tu es bien, tu n'entends plus que ma voix,
Je compte jusqu'à trois, et tu vas t'endormir...

Pourquoi tu veux pas dormir,
Pourquoi, tu dors pas ?
Je te donnerais bien un somnifère,
Mais y'en a plus demande à ta mère,
T'es insomniaque ou quoi ?
Puisque tu ne me laisses pas le choix,
Voici le temps des menaces,
Si tu dors pas j'te place.
Dors, dors, dors !
Mais on dirait que ça marche.

Tu fermes les yeux, tu es si sage,
C'est merveilleux, tu dors comme un ange,
Tu as de la chance moi aussi j'ai sommeil,
Mais c'est le matin, faut qu'je m'habille.
Je me suis énervé mon amour,
Je le regrette, pour me faire pardonner
J'vais te jouer un peu de trompette ! 

 

BONNE FÊTE AUX NOUVEAUX PAPAS !

 

BÉNABAR (1969)

 

Photo en provenance du Web

 

 

 

 
 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2012