Enivrez-vous

Charles Pierre Baudelaire  (1821-1867)
 

Il est l'un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle.  En incluant la modernité comme motif poétique, il a rompu avec l'esthétique classique. Dans ses poèmes il a tenté de tisser et de démontrer les liens entre le mal et la beauté, le bonheur et l'idéal inaccessible, la violence et la volupté, entre le poète et son lecteur, entre les artistes à travers les âges.

 

 

Il faut être toujours ivre, tout est là; c'est l'unique question.
Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules
et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi ? De vin, de poésie,
ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais,
sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez,
l'ivresse déjà diminuée ou disparue,
demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge;
à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit,
à tout ce qui roule, à tout ce qui chante,
à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est.
Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge,
vous répondront, il est l'heure de s'enivrer;
pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps,
enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin,
de poésie, de vertu, à votre guise.

 

Charles Pierre Baudelaire  (1821-1867)

  

Photo en provenance du Web

 

 

 

 
 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2011