Les soleils de juillet (extrait)

Auguste LACAUSSADE  (1815-1897)

Poète français extrêmement brillant. Fruit de l’union libre entre un avocat de grande famille et une métisse, il est ce qu’on appelle à l’époque un « quarteron », ayant un quart de sang de couleur, statut qui le marquera profondément et influencera toute sa vie.

 
 

...Ô soleils de juillet ! ô lumière ! ô splendeurs !
Radieux firmament ! sereines profondeurs !
Mois puissants qui versez tant de sèves brûlantes
Dans les veines de l’homme et les veines des plantes,
Mois créateurs ! beaux mois ! je vous aime et bénis.
Par vous les bois chargés de feuilles et de nids,
S’emplissent de chansons, de tiédeurs et d’arômes.
Les arbres, dans l’azur ouvrant leurs larges dômes,
Balancent sur nos fronts avec l’encens des fleurs
Les voix de la fauvette et des merles siffleurs.
Tout est heureux, tout chante, ô saison radieuse !...

 

Auguste LACAUSSADE  (1815-1897)

 

Photo en provenance du Web

 

 

 

 
 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2012