En cherchant mes lunettes
Chronique Signe des Temps
 

 

Aurore Dessureault-Descôteaux (1926-2015)

Historienne et romancière québécoise. En 1969, elle fut désignée « femme canadienne-française de l'année » par le magazine Châtelaine. On lui doit notamment le feuilleton télévisé Entre chien et loup, diffusé pour la première fois en 1984, qui raconte la vie rurale des Québécois du début du XXe siècle. Ce feuilleton a ensuite été transposé en roman.

 

 

 
Il m’arrive parfois de chercher mes lunettes alors qu’elles sont sur le bout de mon nez.  Même si elles me sont indispensables, j’en oublie souvent leur présence.

Il en est de même pour l’usage de nos sens, ces fines antennes qui nous ont été données pour nourrir notre âme à même la magnificence de la création.

Jadis, aller d’un village à un autre était un exploit hors de l’ordinaire.  Pendant le long trajet en boghei, nous avions le temps de contempler les arbres et les fleurs sauvages bordant le chemin et le ciel bleu formant une immense coupole tantôt moutonnée de nuages, tantôt claire à perte de vue.

Maintenant, nous nous baladons en « bus » ou en automobile.  Nous avalons les kilomètres en fixant le ruban d’asphalte strié de blanc, à la poursuite d’un objectif à atteindre au  plus vite, à la poursuite d’un mirage.  Nous dévorons le temps, ensuite nous nous plaignons d’en manquer.

Pourtant, nous cueillons maintenant nos fruits et nos légumes au dépanneur du coin, nous n’avons qu’à tourner un bouton pour nous réchauffer ou nous rafraîchir et le robinet nous fournit l’eau à volonté.  Mais apprécions-nous notre confort et prenons-nous le temps d’en rendre grâce à qui de droit ?

Dans ce monde de « porter-jeter » qui nous incite à la consommation et qui prétend répondre à tous nos besoins, voilà que nos sens sont perturbés par la recherche de plaisirs éphémères.  Ils sont maintenant mobilisés pour lutter contre le stress, la pollution et les allergies de toutes sortes.

Mais qui donc peut nous donner la véritable joie de vivre, la quiétude et la paix ?

Les croyances nouvelles pullulent.  Les dirigeants de plus de six cents sectes prétendent tous nous offrir « la vérité » et la recette magique du véritable bonheur.  Il est plus que temps de dépolluer notre cœur et notre esprit de toutes les balivernes que nous racontent ces marchands d’illusions.

Nous sommes marqués par la foi en Christ qui nous a été transmise de génération en génération.  En nous ralliant à l’Amour incarné, nous refaisons l’unité en nous et autour de nous.

Oui, le temps des vacances bat son plein!  Débrouillons et déployons vivement nos antennes afin d’abreuver notre âme à la Source de toutes beautés incarnées dans la splendeur de la nature:  nos yeux pour contempler la beauté d’un parterre et le sourire d’un enfant, nos oreilles pour entendre le bruissement des feuilles et le chant des oiseaux, notre goût pour déguster les fruits et les légumes saisonniers, notre odorat pour nous délecter  du parfum des fleurs et de la rosée matinale, notre toucher pour renouer les liens fraternels et communier les uns aux autres.

BONNES VACANCES !

 

Aurore Dessureault-Descôteaux (19262015)

 

Photo en provenance du Web

 


 

 

Retour aux textes

 

Retour à l'accueil

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2012