Mars
 

René François Armand PRUD'HOMME, dit Sully (1839-1907)

Poète et essayiste français. Il souhaite devenir ingénieur, mais une crise d'ophtalmie le contraint à interrompre ses études.  Après avoir travaillé dans les usines Schneider, il se tourne vers le droit et travaille chez un notaire. L'accueil favorable réservé à ses premiers poèmes encourage ses débuts littéraires. 

En mars, quand s'achève l'hiver,

Que la campagne renaissante

Ressemble à la convalescente

Dont le premier sourire est cher ;

 

 Quand l'azur, tout frileux encore,

Est de neige éparse mêlé,
Et que midi, frais et voilé,
Revêt une blancheur d'aurore ;
 
Quand l'air doux dissout la torpeur

 Des eaux qui se changeaient en marbres ;

Quand la feuille aux pointes des arbres
Suspend une verte vapeur ;
 
Et quand la femme est deux fois belle,

Belle de la candeur du jour,

Et du réveil de notre amour
Où sa pudeur se renouvelle,
 
Oh ! Ne devrais-je pas saisir
Dans leur vol ces rares journées

 Qui sont les matins des années

Et la jeunesse du désir ?

 
Mais je les goûte avec tristesse ;
Tel un hibou, quand l'aube luit,
Roulant ses grands yeux pleins de nuit,
Craint la lumière qui les blesse,
 
Tel, sortant du deuil hivernal,
J'ouvre de grands yeux encore ivres
Du songe obscur et vain des livres,
Et la nature me fait mal.
 
Sully PRUD'HOMME (1839-1907)
 

 

 

 

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2011