Ma mère

Émile NELLIGAN (1879-1941)

Poète québécois dont la vie fut une longue tragédie. 
L'œuvre de cet adolescent doué et hypersensible marque une étape importante dans l'histoire de la poésie canadienne-française et continue de nourrir notre imaginaire. Elle se caractérise par un lyrisme débordant de tristesse, de nostalgie, de sensibilité extrême, de douleur intérieure et de symboles.

 

 

 

Quelquefois sur ma tête elle met ses mains pures,
Blanches, ainsi que des frissons blancs de guipures.

Elle me baise au front, me parle tendrement,
D'une voix au son d'or mélancoliquement.

Elle a les yeux couleur de ma vague chimère,
Ô toute poésie, ô toute extase, ô Mère !

À l'autel de ses pieds je l'honore en pleurant,
Je suis toujours petit pour elle, quoique grand.

 

Émile NELLIGAN (1879-1941)

 

Photo en provenance du Web

 

 

 

Retour aux textes

 

Retour à l'accueil

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2012