Parole d'arbre
Source: École de la Loire Blois 1996

 

Quelle journée enchanteresse, dit l’arbre en contemplant le ciel. L’air printanier va me faire du bien et éclore mes bourgeons. Mes fleurs ne tarderont pas à attirer les essaims d’abeilles.

Quand les abeilles mettront leur butin dans la ruche, auront-elles des égards pour mon tendre nectar ?

Quand les hommes se régaleront de miel, penseront-ils à moi comme je me soucie d’eux ?

J’entends les oiseaux. Ils volent et me contemplent, ils savent qu’ici est le bonheur. Ils vont tisser leurs nids de brindilles craquantes entre mes branches inclinées pour mieux les accueillir. Ils y cacheront leurs rendez-vous galants et me confieront les oisillons nouveau-nés.

Mais savent-ils, les oisillons, que mes bruissements leur enseignent l’histoire de la vie ?

Et lorsqu’ils iront pépier sur les toits des maisons, leurs enfants entendront-ils mon hymne dans leur jeune gazouillis ?

L’été sec et chaud viendra ensuite et je me ferai protecteur. Sous mon arbre cordial viendront s’ébattre les lapins et aussi les amoureux. Ils prononceront les yeux mi-clos des serments que je leur inspirerai.

Les lapins diront-ils comme ils préfèrent mon ombrage généreux aux fourrés touffus d’épines ?

Savent-ils, les couples enlacés, que leurs mots deviennent plus profonds lorsque mes murmures font écho à leurs sens ?

Puis ils reviendront tous, les hommes et les bêtes, à la saison des récoltes, croquer dans les bienfaits que j’aurai mûris pour eux.

Goûteront-ils tout l’amour que j’ai mis dans le jus et la chair de mes fruits ?

Auront-ils foi en mon inébranlable fidélité qui veillera sur eux encore l’an prochain ?

Les abeilles, les oiseaux, les lapins, les hommes, négligeront sans doute de me remercier. Comme chaque année, ils m’abandonneront, solitaire, aux frimas de l’hiver. J’entrerai alors en léthargie, ressassant, mes tristesses en vagues d’amertume.

Mais dès que s’allongeront les rayons du soleil, dès que je sentirai la tiédeur de la terre monter à mes racines, je reprendrai goût à mon existence d’arbre.

Car, voyez-vous, je ne peux, en dépit des humeurs, que chérir passionnément ma vie.

Je l’aime pour ses multiples joies et le bonheur sincère de me savoir utile.

Il me faut accepter ses détresses, bien que je rechigne à traverser leur ombre.

Car même s’il m’arrive parfois de l’oublier, c’est moi qui ai choisi de vivre cette vie.

 

Source: École de la Loire Blois 1996

 

Photo en provenance du Web

 


 

 

 
 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2012