Septembre

Albert LOZEAU  (1878-1924)
 
Né à Montréal, il étudie à l'Académie Saint-Jean-Baptiste. À l'âge de 18 ans, il est paralysé, ce qui lui permet de développer ses talents littéraires. Émotif, solitaire et nostalgique, il écrit des vers mélancoliques sur la nature, ce qui lui vaudra d'être inclus dans la littérature du terroir. Il était membre de l'École littéraire de Montréal.

Soirs qui viennent plus tôt du ciel plus bas: septembre;
Première effeuillaison des choses vers le sol.
Premier exode ailé dans l'innombrable vol
Parti des arbres, en essaims de pourpre et d'ambre;

 

Premier retour au livre oublié dans la chambre;
Seuls vrais repos sur l'oreiller plus mol;
Apaisement profond des sens, que l'Été fol
Exaspéra; bonheur vague de chaque membre...

Automne cher! saison propice au souvenir,
Comme un vieil air joué dans l'âme allant finir!
Je ne t'ai pas toujours goûté, je m'en étonne;

Puisque aujourd'hui, pareils en mes regrets nombreux,
Pour me sentir le coeur déçu moins malheureux,
Il me suffit d'un peu de musique et d'automne.

Albert LOZEAU  (1878-1924)

  

 Photo en provenance du Web

 

 

 

 
 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2012