La sucrerie

William CHAPMAN  (1850-1917)
 
Journaliste libéral, il occupe plusieurs métiers, dont fonctionnaire, vendeur d'assurances et libraire.  Dans les années 1890, il écrit des poèmes empreints de naturalisme et de patriotisme.

 

[...] Le soleil fond la neige et fait rayonner l’eau ;
Dans les branches frémit la sève prisonnière ;
Et l’érable, sentant la chaleur printanière,
Verse ses pleurs de miel au godet de bouleau [...].

[...] Le paysan, joyeux, fait bouillir, en chantant,
L’eau d’érable, ― l’esprit enflammé par le lucre
Que doit lui rapporter sa récolte de sucre,
Qui s’entasse et lui jette un reflet miroitant [...].

[...] Et pendant qu’il surveille, au fond de sa cabane,
Le feu qui convertit la sève en sirop blond,
Son fils, les seaux aux bras, la raquette au talon,
Est en train d’amasser une nouvelle manne
[...].

 

William CHAPMAN  (1850-1917)

 

Photo en provenance du Web

 


 

 

 
 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2013