Le vent d'été

 

  Maurice ROLLINAT  (1846-1903)

Poète français.  Issu d'un milieu cultivé, Rollinat se met très tôt au piano pour lequel il semble avoir de grandes facilités.  Dans les années 1870, il écrit ses premiers poèmes.  Il les fait lire à Sand qui l'encourage à tenter sa chance.  Seul au piano, le jeune poète exécute ses poèmes en musique.

 

 

À Léon Tillot.

Le vent d'été baise et caresse
La nature tout doucement :
On dirait un souffle d'amant
Qui craint d'éveiller sa maîtresse.

Bohémien de la paresse,
Lazzarone du frôlement,
Le vent d'été baise et caresse
La nature tout doucement.

Oh ! quelle extase enchanteresse
De savourer l'isolement,
Au fond d'un pré vert et dormant
Qu'avec une si molle ivresse
Le vent d'été baise et caresse !

 

Maurice ROLLINAT  (1846-1903)

 

Photo en provenance du Web

 

 

 

Retour aux textes

 

Retour à l'accueil

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2011